Le développement durable fait sa rentrée

Le développement durable fait sa rentrée

 

C’est à Escles, petit village à 30 km d’Epinal, qu’une école primaire est, depuis 2019, le laboratoire d’expérimentations axées sur le développement durable, portées par une équipe pédagogique engagée. Maud REMY, institutrice et directrice de l’école et sa collègue sont en effet à l’initiative de plusieurs actions qui ont modifié le quotidien des 40 élèves des classes de CE1/CE2 et CM1/CM2. Des actions simples qui font rimer développement durable avec cartable !

« Nous sommes toutes les deux très sensibles au développement durable et à l’écologie dans notre vie privée, explique Maud REMY. Cette thématique s’est donc imposée d’elle-même comme fil conducteur de nos projets pédagogiques 2019-2020. Par la suite, les résultats observés et l’adhésion des enfants comme des parents nous ont incité à poursuivre dans cette voie. »

 

Des fournitures scolaires zéro-déchet et sans nocivité

 

Les institutrices décident tout d’abord de commencer par un inventaire des fournitures utilisées par leurs élèves et cherchent des solutions alternatives. Les feutres effaçables sont ainsi remplacés par des crayons gras en bois, permettant d’écrire sur les ardoises blanches. Finies les odeurs désagréables dégagées par les feutres, dont la durée de vie n’était que d’un mois, contre 2 ans pour les crayons gras qui en outre ne produisent aucun déchet, hormis la taillure de crayon.

Elles s’attaquent ensuite à l’emblématique tube de colle, dont la composition peut parfois être hasardeuse. « Sans oublier les déchets générés, puisque les élèves consomment environ un tube de colle par mois, soit autant de tubes en plastique vide qui finissent à la poubelle. », précise Maud REMY. Les institutrices choisissent donc d’acheter de la colle liquide dont la composition n’est pas nocive et de remplir elles-mêmes des petits pots, distribués à chaque élève.

Les stylos à usage unique sont également bannis de l’école d’Escles. Les élèves sont invités à privilégier des stylos rechargeables, à l’encre bleue. « S’ils ont besoin d’écrire dans une autre couleur, ils prennent leurs crayons de couleurs. Cela ne sert pas à grand-chose de multiplier les fournitures. C’est d’ailleurs pour cela que nous ne demandons pas aux parents d’acheter des feutres de coloriage : nous avons une boîte pour toute la classe et les élèves se partagent le matériel. », indique Maud REMY.

En plus d’être plus écologiques, la mutualisation des fournitures scolaires réduit considérablement les coûts, puisque les institutrices achètent en gros volumes. Un argument de poids pour le porte-monnaie des parents !

 

La sensibilisation au zéro déchet et au recyclage pendant le temps scolaire

 

D’autres actions, très concrètes, sont également organisées par les institutrices de l’école d’Escles, comme le ramassage des déchets dans les rues du village, en partenariat avec le SICOTRAL, le syndicat mixte de collecte et de Traitement des déchets ménagers et assimilés de la région de Lerrain. Au total, ce sont plusieurs dizaines de kilos de déchets qui ont été ramassés par les élèves en quelques heures.

« Ils sont sensibilisés à l’importance de gestes simples comme celui de jeter ses déchets dans les poubelles de l’espace public. Nous avons également mené des expériences pour qu’ils se rendent compte de l’impact d’un déchet quand ils se détériore dans la nature : nappes phréatique, animaux sauvages, plantes, arbres, etc. C’est une manière concrète d’explorer certaines notions pédagogiques, tout en restant dans le programme de l’Éducation Nationale. », déclare Maud REMY.

Les élèves sont également initiés à la réduction des déchets, avec l’organisation de pique-niques « zéro déchet ». Ainsi, lors des sorties scolaires, ils sont invités à prendre avec eux un sandwich « fait maison » transporté dans une boîte réutilisable et une gourde plutôt qu’une bouteille en plastique jetable. « Nous ajoutons un petit défi à chaque pique-nique ! ajoute Maud REMY. Par exemple, nous emmenons avec nous une poubelle grise et une poubelle jaune, et à l’issue de la sortie scolaire, nous pesons les poubelles. Si leur poids est inférieur à celui de la sortie précédente, nous avons gagné ! »

Enfin, l’école d’Escles est munie de composteurs, permettant aux élèves de recycler eux-mêmes leurs biodéchets. Une benne dédiée à la collecte du papier a également été installée par le SICOTRAL, qui a d’ailleurs organisé un concours visant à collecter un maximum de papier. A la clé pour l’école gagnante : une visite d’un site de recyclage des déchets. « Évodia est également un partenaire et un atout pour notre école. Avec Laurence, animatrice chez Évodia, nous avons réalisé des ateliers pour fabriquer de la colle, de la peinture et du savon liquide sans utiliser de produits chimiques.  Ces ateliers ont beaucoup plu aux enfants ! », conclu Maud REMY.

Réduction des déchets, compostage, pique-nique zéro déchet et fournitures scolaires responsales : ces écoliers ont d’ores et déjà adopté des habitudes ancrées dans le développement durable. Nul doute que ces adultes de demain garderont ces bonnes pratiques, acquises sur les bancs de l’école.

Vous aussi, vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement d’Évodia pour mettre en place des actions de développement durable au sein de votre structure ? Contactez- nous !

Retour aux actualités